Une piece jointe ne passe pas ? Essayez mediafire

Pas de commentaire
Tags : , , ,
Publié le 27 Juil 2010 dans Outils de travail

Par cet été à la fois chaud et humide, je ne sais pas pourquoi mais, une succession de mails qui ne passaient pas à cause de pièces jointes trop volumineuses est arrivée au bout de ma patience.

J’ai donc cherché et trouvé une solution simple et gratuite pour pallier à ces problèmes instaurés par nos administrateurs réseaux préférés !

Cette solution était évidente, en effet sur le Net de plus en plus de fichiers s’échangent via ce qu’on appelle les sites de « direct download » ou DDL tels megaupload, rapidshare, mediafire, zshare et j’en passe (il en existe de très nombreux).

La plupart de ces sites proposent deux usages : un gratuit et limité (download et upload), et un autre payant mais « débridé ».

J’ai donc choisi d’utiliser mediafire qui permet de partager gratuitement des fichiers allant jusqu’à 200 Mo, de façon simple et conviviale.

Il suffit de créer un compte ou même de s’identifier en utilisant son compte Twitter ou Facebook.

Une fois cette étape passée, vous accédez à un beau menu, pour l’instant en anglais, qui vous permet de gérer vos fichiers (upload, download, suppression …).

Comme vous le voyez sur l’image, les fichiers apparaissent sous forme de listes, avec un petit bouton « share » sur la droite qui permet alors, au choix, de récupérer un lien qui permettra de télécharger le fichier ou de le partager via différentes méthodes (code embedd, facebook, twitter, digg, mail …)


Il suffit donc de copier ce lien et de le coller dans votre mail, le destinataire n’aura qu’à cliquer dessus pour récupérer ses fichiers…

Exit les prises de têtes et les zip en dix parties qui vous font perdre un temps fou … Bienvenue dans l’ère du direct download 😉

Et, cerise sur le gâteau, pour les plus paranos d’entre vous, un lien « make private » permet de rendre les fichiers totalement privés. Ils ne pourront être « vus » (via les moteurs de recherche) et téléchargés que par les personnes autorisées.

Voilà, c’était tout, en prime voici deux liens qui permettent de mieux comprendre le direct download, véritable « piraterie 2.0 » :

Le direct download : le cancer du pirate sur ReadWriteWeb France

Streaming, Direct Download : le téléchargement illégal évolue sur Rue89

Related Posts with Thumbnails

Ajoutez votre commentaire